Apprivoiser, s'apprivoiser Inventaire La Confiance Listes de Choses Pensée / Réel S'écouter

Sous un manteau de fleurs

Pensées

C‘est fou quand j’y pense, tous ces noms d’oiseaux dont j’ai été affublée gamine et le nombre d’années écoulées avant de réaliser que je n’étais pas eux. C’est fou, quand j’y pense, comme je reste perméable, encore aujourd’hui, affectée et touchée par tout ce que l’on dit de moi et cette tendance à ne retenir que le pire : les mots jetés, balancés, l’air de rien, se collent à moi, je m’en fait des manteaux, des gilets pour tous mes longs hivers. J’ai bien du mal encore, à me préserver des pensées des autres, me séparer de ceux qu’ils pensent, à m’en détacher pour mieux les écouter, à faire le tri entre le vrai, les arrangements, les miroirs d’ombre, la jalousie, à même savoir dire «  Oh, mais ce n’est pas moi, ça !  » ou  » je ne pense pas comme ça « . Non. Ca se déverse comme une gluante vérité, une vérité qui vient d’ailleurs, un truc de ces autres qui savent, décident et déterminent pour moi.

Que le chemin est long pour quitter tout ce faux et entendre ma petite musique intérieure. Je joue à me rencontrer , listant presque dans de petits carnets ces découvertes que je fais sur moi.

  • choses que j’aime
  • choses qui me manquent
  • choses dont je suis incapable
  • choses qui me sont possibles
  • choses qui me blessent
  • choses que je sais faire
  • choses qui ne sont qu’ à moi
  • choses que j’ose
  • choses que je refuse
  • choses qui me sont chères
  • choses dont je ne veux plus
  • choses qui ne m’appartiennent pas
Réel

Je dis un grand merci à la lumière de juin, aux brins de thé avant l’eau frémissante, au brillant de la toile d’araignée au coin de la fenêtre, aux corps forts et vivants de mes enfants chéris, au ciel toujours si juste, aux pivoines incroyables dont le monde me fait le présent cette année, aux framboises par milliers qui me plongent le coeur dans un livre de Kazuo Iwamura et aux petites fourmis qui circulent sur leurs branches, à mon grand amour toujours là, aux rayons de soleil dans la chambre, au mobile de papier de soie qui se balance comme une caresse, à l’écriture qui jamais jamais, jamais ne me quitte, aux mots reçus et entendus qui me disent Continue, aux roses roses sur le trajet de l’école, à l’énergie nouvelle de chaque petit matin, aux tourterelles, au saule, à tout ce qui revient.

Petite bouteille à la mer : j’ai écris un petit livre de poésie. Je ne sais pas à qui à quoi le raccrocher. Quelqu’un dans la salle pour me guider vers une Maison qui me ressemble ? mille mercis.

Collants jolie, bottines et Papillons

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *