Apprivoiser, s'apprivoiser Douceur La Confiance Le printemps Revenir

J’ai embrassé le c(i)el

Je mentirais si je vous disais que vos retours ne me touchent pas profondément. Vos messages égrénés, là et ici, sont eux aussi des petites graines plantées qui me ravivent le coeur.

Le monde est drôle et je peine à comprendre ce qui me fait douter. Mots, images, idées, joie de poursuivre des projets qui tous m’enchantent, mais chaque fois, ce mur immense du doute, ce mur immonde du risque, ce mur de honte que je me traîne et qui empêche l’étape suivante.

Je mentirais si je disais que vos messages, lettres, délicatesses de perles, thé en guirlande, dessins, ne me touchent pas. Oh ! qu’ils me touchent et me font du bien , Oh qu’ils comptent…si vous saviez.

Ici et là, les jours se suivent, les miens comme les vôtres, le ciel se couvre et se dégage, le jardin prend vie, le sommeil est précieux. Il répare.

Je me suis découverte récemment hypersensible. La grande mode de se chercher, se découvrir soi et la surprise, au coin de la rue, de cocher toutes les cases de ce mot là . Hyper-sensible, hyper-émotive, hyper- beaucoup de choses, que je portais en manteau de honte.

Sensible n’est pas fragile. Et vulnérable, je ne le suis que face aux crocs des mal-intentionnés.

J’ai découvert, tout récemment, que l’hypersensibilité était un précieux cadeau. Un don. Un pouvoir de fée. Une chance.

Que la poésie, le rêve, la tendresse, la douceur, la candeur, la beauté, la délicatesse, la bienveillance s’y trouvent.

Que ma peur d’être délaissée s’entendait de ceci, autant que d’être aimée. Et que je ne devais plus, jamais, en avoir honte.

J’apprends alors, à dire, oui, j’ai besoin de vos mots, de vos messages et vos présences, même petites, pour sentir que mon monde existe et qu’il touche quelques belles âmes ici-bas. Oui, j’ai besoin de vos courriers, de vos sourires, de vos perles, de vos fleurs, de vos coeurs pour me dire que ça compte, que rien n’est vain, que la beauté vaincra, que le ciel, et la pluie et le fumet d’une tasse de thé, sur un poème récité, ça compte.

Après de longs jours de lecture, d’écriture solitaire, de bains chauds et de sommeil heureux, je reprends le chemin du soleil, je vous partage mes fleurs et mes bonheurs. J’ai lu, face au grand saule de la maison de pierres de Pierre, j’ai passé des jours seule, j’ai lu Thomas Vinau au lieu de regarder Thomas Pesquet décoller ( ah la la je ne savais pas…), j’ai lu des livres merveilleux ( ça vous dit une petite liste ? ), j’ai dû renoncer à la mer en avril, j’ai pleuré un jeudi soir devant la télé, j’ai déménagé mon bureau, j’ai commandé de l’huile de Nuxe pour mon visage et mes cheveux ( une pépite), j’ai mangé des salades de fruit tous les jours, j’ai dessiné un peu mais pas beaucoup, j’ai écris des chroniques quotidiennes, j’ai planté des anémones, des renoncules et vu rescuciter avec stupeur deux plants de pivoines, dont les fleurs sont en devenir ( Joie !), j’ai reçu des douceurs au courrier, j’ai dansé sur le tapis rose et moelleux du salon, j’ai baissé les stores pour me cacher du monde et combler mon silence de blancheur, j’ai lu à mes enfants, de longues heures d’aventures d’Ulysse, d’Artémis, et d’Hermès sous la couette trop moelleuse de ma fille, j’ai embrassé le ciel souvent.

Mes inconnues, je vous embrasse. Merci pour l’élan.

Cenina

Vous pourriez également aimer...

6 commentaires

  1. Sandy a dit :

    Bonjour, je n’ose pas toujours commenter mais je suis bien heureuse de ne pas être la seule à trouver ici un hâvre de douceur.

    1. Cenina a dit :

      Coucou Sandy, merci . Je suis ravie moi aussi, de ces belles âmes passantes.

  2. Ah les feuilletons de la mythologie, de Murielle Szac, quelles merveilles.
    Je pense bien à toi et t’embrasse

    1. Cenina a dit :

      On compte les pages avec désespoir, ils me réclament toujours plus , c’est tellement bien écrit et captivant !
      Je pense aussi à toi Marie. Take care. 🖤

  3. armance a dit :

    Bonjour Cénina,
    Je vous ai découverte , il y a quelques années déjà ( avec  » décrocher les étoiles » ) et je suis toujours aussi émue de découvrir vos nouveaux écrits . Lorsque j ai trop de petits nuages gris dans ma tête, lorsque je me sens comme un instrument désaccordé , je reviens vers vous et retrouve ma petite musique intérieure . Pourtant , je suis toujours restée votre lectrice en mode  » sous marin » et sans votre silence et mon inquiétude avec ce vilain virus , rien ne serait encore sorti de moi …peut être parce que je connais la puissance , soutenante ou destructrice d un mot et que jecrains souvent de blesser . Peut être aussi , parce que je n ai pas souvent l audace de croire que ce qui résonne en moi est important …Mais que j aime, j aime , j aime votre univers et promis , j essaierai de vous soutenir plus souvent ..
    prenez profondément soin de vous…
    Je vous embrasse aussi

    1. Cenina a dit :

      Merci Armance, d’être là, c’est précieux. Ça vaut tout l’or du monde. Et je suis heureuse de le savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *