Auteur : Cenina

La Femme Sauvage – part 1 –

Une des choses que j’ai à coeur ces derniers mois, la voilà : simplement et avec toute mon âme, vous laisser ici les traces des notes de mes carnets, au fil de mes lectures. Vous laisser mes impressions, mon ressenti mais surtout vous donner envie de lire ce livre, et d’autres. Je ne suis pas critique, je ne sais pas faire. Je crois profondément qu’une critique est une fausse route, dans tous les sens du terme. Par contre, dire, partager ce qui résonne me semble juste, d’autant plus si cela invite naturellement à chercher soi-même sa propre vérité. Voici donc…

« J’ai cessé de me désirer ailleurs « 

Merci pour vos messages, ici et ailleurs à propos de la (re)naissance de ce blog. Je suis ravie moi aussi, d’avoir recrée cet espace d’expression, de pouvoir vous « parler », de vous retrouver. Je veux écrire à nouveau, et puis quelque chose a changé. Moi, certainement. Écrire le quotidien. Raconter ce qui fait avancer. Cela se trouve dans des aspects minuscules de la vie et il m’arrive de réussir à saisir un moment comme ça, un instant à part, où la vie m’apprend et m’autorise un grand pas. Hop. J’ai envie d’écrire et de donner beaucoup, mais je garde cette pudeur…

Mets toi dans tes couleurs

C’est l’histoire d’un podcast entendu un peu par hasard, en janvier, ou peut-être était-ce février… Lou Doillon qui raconte (émission du 15 décembre 2019) ses remèdes contre la mélancolie. Je dessine en même temps qu’elle raconte, je peins, j’écoute, je trace et soudain, mon coeur est happé par le poème de Peter Handke. J’ai écouté ce podcast il y a plusieurs mois et de ce qu’il m’en reste, elle dit qu’un ancien amoureux à elle lui a offert ce poème, qu’il est posé dans sa salle de bain, qu’elle le lit tous les jours ou presque. Que quand elle va…

L’Amour

C’était en novembre dernier déjà. Ma soeur était à la maison, on papotait de choses et d’autres, c’était le soir, le moment où l’on repart, on se dit au-revoir, il faut se dépêcher un peu, le temps de rentrer, doucher les enfants, préparer un truc à grignoter, souffler un peu et le lendemain, recommencer. Elle cherchait dans le couloir les manteaux, les chaussures et au beau milieu, il y avait une caisse . Des livres dont je ne voulais plus, des couvertures trop vues, des histoires qui avaient trop attendu, bref, j’avais décidé de me délester de quelques chapitres et…

Il pleut

Il pleut et cela me rappelle cet autre jour gris de 2011, peut-être le premier de mai finalement, la maison que nous avions investi depuis peu, quelques jours à peine, la chambre au mur jaune avec la vue sur le grand saule, les cartons dans le grand salon et ce bureau à moi, déjà niché dans le recoin, une guirlande sur le lambris non peint, la chanson d’Emilie Simon et le même son, la même pluie sur les gouttières. J’ai mis le réveil à 8h40 ce matin, comme tous les jours non travaillés depuis…trois semaines. C’est ma nouvelle lubie, me…