L'été La Confiance S'aimer S'écouter

L’été en pente

Tellement de choses à faire. Et tellement de fatigue installée. Pour la première fois les vacances n’auront rien changé. Pour la première fois, je réalise combien 2020 m’ aura assommée.

Alors, au lieu de m’en vouloir, de me forcer, et pire encore, de me détester de ne pas être au four, au moulin, au charbon et que sais-je encore, partout à la fois, je joue à l’essentiel, je dors un peu plus le matin, je me couche un peu plus tôt, j’accepte plus sereinement mes yeux rougis, mon corps fourbu, mon coeur usé, les mèches qui s’éparpillent sur les coussins, la faim bizarre, la nausée.

C’est difficile de s’écouter. J’écris ces mots si simplement, pourtant, accepter de laisser le repos prendre la place de tout ce qui m’anime ces temps-ci, avoir la confiance suffisante pour savoir que l’énergie va revenir, et la douceur pour moi suffisamment grande, pour attendre, pour entendre et laisser voguer quelques jours sans moteur.

C’est doux, un peu plus lent mais si peu finalement. Il reste les enfants demandeurs, la reprise du travail, les repas à envisager, le linge qui s’empile, les mots qui cognent, la rentrée qui s’annonce, l’été en pente, et le visage hâlé qui cache tant et si bien cette parenthèse, ce flottement, cet ailleurs où je suis.

Chaque nuit des cauchemars, des matins barbouillés, des soirs hasardeux, une tension dans le dos, au niveau des épaules que sans cesse je rabaisse.

Besoin de repos. Alors, m’aimer mieux, c’est nouveau, c’est dire oui au sommeil, aux livres encore plus, à l’aide, au retard,au retrait, au calme, à la réparation.

Prenez soin de vous,

Cenina

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *