Conversation d'été De Lune à l'autre : les petites conversations

Conversation d’été – Cenina –

Les Conversations, c’est une femme qui répond à une femme, qui lui raconte un petit bout de sa vie quotidienne. C’est une femme au fil des saisons, une femme dans son « tous les jours « , dans sa cuisine, dans son bureau, sur son balcon, dans son jardin, avec et sans ses enfants, dans son boulot, ses amis, sa vie tranquille ou compliquée, sa vie pressée. Une femme sans filtre. Simple, réelle. Une femme ordinaire. Une femme comme vous. Une vraie femme.

Les Conversations, c’est un bavardage de printemps, une discussion d’été, un café en automne, un tête-à-tête en hiver. Un papotage simple et féminin, quelques mots de Lune à l’autre. Ce sont un partage, des petits secrets, des préférences, des habitudes.

J’espère être la première d’une longue liste de femmes qui partageront une petite tranche, un reflet de leur vie par ici.

******

Voici ma première conversation , première interview , avec une femme. . Cette femme , c’est moi . Et si le format peut interroger, il me semble pourtant juste d’ouvrir le bal. Oui, important de commencer, puisque je cherche cette femme.C’est mon idée, et ce qui est neuf dans ma vie, c’est ça : Si j’ai l’idée de le faire, je me lance, si c’est bien, c’est génial, si ça ne l’est pas, j’arrête. Si ça doit être mieux , j’apprends.

Do the best you can until you know better

Then when you know better

Do better

Maya Angelou

– Cenina –

Chère Cenina, où es-tu, que fais-tu, qu’entends-tu ?

Il est presque 9 heures, je me suis levée tôt malgré un grand sommeil, et je suis douchée, habillée, maquillée, assise en tailleur sur un canapé moelleux, j’écris un article sur mon petit ordinateur, en écoutant une vieille playlist de l’année dernière et en buvant du thé.

Présentes-toi, qui es-tu ?

Je m’appelle Céline mais disons Cenina pour tout mon univers créatif. J’ai 40 ans, je suis maman mariée, j’habite une maison douillette et chaleureuse posée au pied du Vercors, je suis salariée à temps plein dans une grande entreprise, et j’ai la chance actuellement de télétravailler souvent. Je suis une grande amoureuse de livres dont je rempli ma maison tranquillement, de mots, de beau, de fleurs, de ciels et de poésie. Je rêve beaucoup, j’ai peur de tout, mais je suis tenace et endurante.

Il est presque terminé, mais c’est encore le Printemps. Qu’évoque cette saison pour toi ? As-tu toujours ressenti cela ? ( questionnaire travaillé juste avant l’été, le bel été, j’ai choisi de laisser le printemps s’immiscer..)

Le printemps, surtout son début est un moment de l’année que j’ai appris à observer et à aimer avec les années. Il me semble que, plus jeune, je n’ai pas prêté assez attention à tout cela, la nature, l’extérieur… Chaque année, je vois des choses nouvelles, mes yeux s’agrandissent, je ne sais pas, ou peut-être est-ce mon coeur…mais la naissance du printemps est à mes yeux, la preuve d’une promesse tenue. L’arrivée du printemps est synonyme de confiance et d’espérance pour moi.

De quelle manière « cherches » tu à te sentir bien, à aller mieux, à être heureuse ?

J’aime la vie, beaucoup. J’ai attendu longtemps que « les autres » me fassent aller mieux quand j’en avais besoin. Ca ne marchait jamais. Il manquait toujours un ingrédient à la recette, j’étais réparée mais bancale, il manquait quelque chose. Il m’a fallut longtemps pour comprendre où se trouvaient les outils nécessaires à ma réparation.

Pour être heureuse et aller bien, je cherche en moi la consolation. Je cherche la « mère » en moi et je prends tout le temps et l’isolement qu’il faut pour m’entendre et pouvoir, dans la mesure du possible, me donner ce dont j’ai besoin.

Parle-nous de ta féminité … C’est quoi pour toi, être une Femme ?

C’est un sujet compliqué, et j’en fais la quête de ma vie. Ce sujet me passionne. Je suis née très fille et féminine mais j’ai été coupée dans mon élan toute jeune, Une sombre histoire de garçons et de travail scolaire, à l’entrée de l’ adolescence…La punition fut de me rendre plus laide et inintéressante, en me coupant les cheveux,et me privant de porter des jupes : ça a fonctionné à merveille, je suis devenue transparente et ridicule du jour au lendemain, et ma confiance et légèreté dans ma féminité ne sont jamais revenues. Ma vie de femme en est impactée à jamais. J’en fais un chemin de vie désormais : chercher la femme que je suis.

Etre une femme pour moi, c’est une perle dans un écrin de nacre : un cadeau merveilleux, une chose précieuse et délicate dont il faut prendre soin par sa rareté et sa beauté.

Et la solitude ? est-ce un moment recherché, attendu ou au contraire, subi pour toi ?

C’est pareil ! On m’a toujours dit gamine « tu n’aimes pas être seule !« .Ah bon ?! Cette injonction me colle toujours à la peau et à quarante ans, je continue à ne pas comprendre ce malentendu ! Oui, j’aime être seule, j’adore ça même, ça me ressource infiniment, en très peu de temps. Il faut bien sûr, que ce soit une solitude désirée et non subie, pas cette solitude triste et paralysante de se sentir délaissée.

Etre seule me répare. Il n’y a plus que moi à entendre, à reposer. Je me retrouve dans ma nature sauvage, tous les masques tombent, même ceux de la mère de famille. Je vis pieds nus, visage neuf, cheveux lâchés, je mange des fruits, je lis, je bricole, je danse beaucoup quand je suis seule.

Je suis une solitaire.

Qu’évoque pour toi le féminin « sauvage » ?

Le féminin sauvage, c’est la femme juste sortie de l’oeuf ! Une femme neuve, ni blessée, ni meurtrie, ni usée. La femme dans toute sa puissance, belle, unifiée, complètement pleine d’elle-même et entière au monde qui l’entoure. C’est entendre son âme nous parler, savoir ce qui est bon pour nous, dire non à tout ce qui n’est pas en phase, rire à gorge déployée, danser bras ouverts, utiliser son corps puissant pour une vie immense et joyeuse.

A quels moments de ta vie t’es tu sentie libre et légère ?

Les jours où j’ai pu réaliser des choses jusqu’au bout. En février dernier, j’ai mis un point final à un petit album jeunesse sur lequel je travaillais depuis longtemps. Au moment de terminer, j’ai ressenti une liberté incroyable, une émotion intense.

Un après-midi de mes treize ou quatorze ans, allongée dans la tôle légère d’un petit optimiste, lors d’un cours de voile, il n’y avait pas un soupçon de vent dans la rade de Brest, et les trois heures de cours se sont déroulées dans un silence incroyable. Je suis restée immobile, dans ma barque, j’entends encore ma respiration, si calme et je me souviens du voyage immobile merveilleux que j’ai fait ce jour là : libre et légère !

Quand je danse, seule, dans mon salon, que je m’étourdis dans ma robe pâle, celle qui « tourne » et que je retrouve la petite-fille en moi.

As-tu déjà dansé sous une pluie d’orage ?

Oui ! mais c’est tout récent ! C’est fou d’avoir attendu si longtemps… Et surtout, c’était bien. Un petit pas différent, un truc un peu foufou, rigolo. Je me suis sentie diablement vivante sous ces gouttes drues et froides !

Que ferais-tu d’une journée à toi ? et juste une heure ?

D’une journée à moi si j’étais au bord de la mer, je ferais ceci : un café chaud en préparant mon sac pour la plage, faire chauffer l’eau pour me remplir un thermos immense de thé noir, prendre un carnet un stylo noir, un critérium, un livre, de la crème solaire, de l’eau et du pain, du melon, des abricots. J’enfilerais mon maillot, dans le panier de vélo une fouta et je partirais au vent, m’asseoir sur le sable une journée entière entre rêverie, lecture, écriture, dessin, baignade, ciel et soleil. La mer me rend contemplative, ce que je ne suis pas naturellement une fois sortie de mon jardin…

D’une journée à moi dans ma maison des montagnes, je trimballerais les mêmes trésors, le maillot en moins, et m’installerais tout le matin sous l’arbre à soie, pour écrire et avancer dans mes projets, toujours avec ma tasse de thé. Je me préparerais un déjeuner coloré et croquant en regardant une émission sur Arte (il y a des pépites sur Arte..), et puis je lirais un peu, et enfin, je passerais deux ou trois heures à dessiner en écoutant des podcasts. Le soir, un bon film, un bon livre et un gros dodo et je serais réparée pour des semaines !

Juste une heure ? cela dépend du moment de la journée , le matin écrire, l’après-midi avancer un projet, le soir lire..

Quelle est ta manière de prendre du temps pour toi ? As-tu un rituel qui te fait du bien et que tu acceptes de partager ?

Je me lève tôt ! et donc indéniablement, je me couche tôt . J’ai longtemps lutté contre cette impression de « passer à côté » de …je ne sais pas quoi mais j’avais ce sentiment de renoncer à quelque chose et je n’étais pas d’accord. Je vivais ce choix comme une lutte et toujours pleine de bonnes résolutions, je me lançais le défi aveuglé de me lever super tôt tout en continuant à occuper mes soirées pour « en profiter ».

J’ai cessé tout cela. J’ai appris et surtout, j’ai compris quelles étaient mes forces, mes faiblesses et surtout mes limites. Pas de levé tôt continu sans couché tôt. J’ai appris deux choses primordiales : A renoncer . J’ai renoncé aux soirées détente à ne pas regarder l’heure et me coucher quand bon me semble.Et a m’imposer des règles : heure du lever, heure où je coupe le wifi, interdiction de faire ménage ou cuisine ou gestion de la maison si je veux avancer dans ce qui compte pour moi.

La bonne surprise, c’est que j’ai du temps pour moi le matin, entre 50 minutes à deux heures trente quelquefois et un temps calme délicieux avant de m’endormir le soir, à lire dans le silence. J’ai trouvé mon rythme. Ces derniers jours avec la fenêtre ouverte sur le soir qui tombe, c’est encore mieux !

Au printemps, quel est ton moment préfére de la journée ?

Le matin, au jardin. La première tasse de thé, ma page neuve, les oiseaux.

As-tu dans ton chez-toi, une chambre à toi , c’est à dire, un petit endroit rien qu’à toi pour rêver, réfléchir, te reposer, écrire, dessiner, créer ? Que représente cette pièce pour toi ?

Oui ! j’ai un bureau rien qu’à moi, quelle chance ! Dans ma Chambre à moi, il y a trois bureaux, un pour le télétravail, plein d’écrans très sérieux et très noirs, un pour l’écriture et le scan de mes documents , un troisième, très poétique pour mes dessins et créations, plein de pinceaux, peinture, feuilles, crayons, matériel créatif et coloré très motivant. Une lampe douce comme j’aime et partout des tas de mobiles que j’ai bricolé ( coquillages, papier de soie, et petites créations personnelles, mobiles japonais etc). Une commode en bois brut , toutes mes boucles d’oreilles suspendues à un bougeoir en rotin, un canapé blanc, un tapis de yoga, des baskets roses, un grand miroir, et tous mes livres de « développement personnel », et de poésie. Au sol, un grand tapis et un autre de jonc de mer. De grands murs blancs.

J’aime cette pièce à moi où je passe beaucoup de temps chaque jour ( sinon mes journées entières depuis le confinement) , c’est l’endroit de la maison que je peux fermer à clé de temps en temps pour souffler et m’entendre.

Cultives tu un jardin ? un petit bout de balcon ? qu’y fais-tu pousser ?

Oui ! j’ai aussi la chance d’avoir un grand jardin que je commence à apprivoiser. Cette année, il est coloré et me rend bien tout le soin que je lui apporte. Chaque soir de jour chaud et sans pluie, je l’arrose en silence et je partage littéralement ce moment avec lui. A cette heure tranquille, la lumière est incroyable, surtout en cette période, et tout devient rose et bleuté, ça m’apaise beaucoup. Je lui parle avec mon coeur . Avec les fleurs, capucines, cosmos, géraniums, tulipes, et plein plein plein d’autres dont je n’ai pas le nom, poussent aussi des tomates, des concombres, des courgettes, et même du melon l’année dernière ! J’apprends à l’apprivoiser .

Thé ou café ? thé ! Mariage frères , Lu Shan, et beaucoup Palais des thés ! toujours en vrac et tous les jours !

Lève-tôt ou couche-tard ? heu…lève très tôt !

Le coin des p’tits préférés :

Aux beaux jours, quel est l’accessoire ou le vêtement qui te fait te sentir belle ?

les jupes courtes, en jean notamment ou les jupettes trapèzes, à mettre avec un tee-shirt, des sandales, des ballerines , les jambes nues et dôrées tout l’été, je me sens légère, j’adore !

Comment s’exprime ta créativité ?

De beaucoup (trop) de manières. Je dois apprendre à me canaliser, m’imposer une organisation et surtout faire des choix ! Renoncer… Je commence beaucoup de choses portées par mon coeur et peine à les terminer. J’arrive rarement au bout d’un projet..enfin jusqu’à présent. C’est ma bête noire et j’y travaille !

J’écris, je dessine, je fabrique, je cuisine, je photographie, je décore, je conte, je peins.

Qu’est-ce qui t’inspires ?

Les livres. les fleurs qui naissent . la lumière. la mer. les voyages en train. la méditation. un bon film.

Le coin des p’tits secrets de Reines :

  • acceptes-tu de partager une recette de printemps adorée La tarte à l’abricot ! pâte feuilletée, appareil aux amandes, disposer des demi-abricots retournés et saupoudrer d’amandes effilées et d’un peu de sucre roux….hum ! un délice
  • as-tu un secret de femme que tu souhaites offrir à d’autres femmes ? oui, depuis que j’ai compris que tout, absolument tout ce dont j’ai besoin pour être heureuse se trouve à l’intérieur de moi , ma vie est différente. Je ne subis plus. Je fais mon job, et j’apprends à me donner, au quotidien, tout ce que « jadis » j’attendais du reste du monde.

Quand rien ne va, prends-tu extrêmement soin de toi ? (je l’espère ! 😉 )- Si oui, de quelle façon le fais-tu ?

J’en ai l’intention ! Surtout les jours où ça va !! Les vrais jours « sans » c’est très difficile d’avoir l’énergie, la force et le mental pour prendre soin de mon âme perturbée…Alors je l’écris, je liste des soins à me donner pour ces jours là, je m’accroche à de toutes petites actions qui occupent mes mains. J’attends. Car j’ai compris récemment, et bien intégré, que ces petits jours là ne durent pas et généralement le lendemain, c’est oublié. Je me couche tôt.

Quelle est la question que tu poserais à une autre femme dans une Conversation de Saison Blue ?

Ta vie te procure-t-elle un peu de joie chaque jour ? et si non, pourquoi as-tu cesser de jouer ?

Partages-nous ta citation ( ou tes !) préférée :

J’ai cessé de me désirer ailleurs – André Breton

Je n’ai pas le temps n’existe pas ! Clarissa Pinkola Estes ( et cette dernière a révolutionné ma vie …)

****

C’était une première Conversation de moi à moi. De Cenina à Cenina. C’est un drôle de format, mais il me plaît ! J’ai hâte, de déposer ici les réponses d’autres femmes merveilleuses, riches de leur vécus et expériences, de leur belle personnalité, de leurs doutes, de la confiance qu »‘elles me porteront en répondant ici.

J’ai hâte aussi, de savoir quelles sont les questions que vous poseriez, vous, à d’autres femmes ?

Qui sera la prochaine Reine de mes Conversations des Saisons ?

Ce serait formidable pour moi de savoir si ça vous a plu et pourquoi …vous me dites ?

Je vous embrasse,

Cenina.

Vous pourriez également aimer...

4 commentaires

  1. MarieLucarne a dit :

    Oh, la belle idée !

    1. Cenina a dit :

      Merci Marie 💌

  2. Cenina a dit :

    Merci Catherine, elle est parfaite ta question…

  3. Catherine a dit :

    Une question que j aimerais voir posée
    Comment arrives tu à combiner tous tes rôles Femme Mère Épouse Amie ..,.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *